> 1-Le village > Meyssac, un cœur de ville en grès rouge

Meyssac, un cœur de ville en grès rouge

samedi 15 mai 2010, par Jérôme

  Version imprimable de cet article Version imprimable


Toute suggestion concernant le contenu du site en général, et de cette page en particulier, est la bienvenue.

JPEG - 48.4 ko

Meyssac se trouve àl’extrême sud de la Corrèze, à20km de Brive-la-Gaillarde.
Ce chef-lieu de canton actif et attrayant situé au milieu d’un paysage vallonné compte autour de 1300 habitants pour une superficie de 1156 ha.
Quelques trésors d’architecture sont réunis autour de son église, ainsi que le long de ses ruelles bordées de belles maisons de grès rouge, aux façades parfois animées de treilles.


Agrandir le plan

JPEG - 108.2 ko

Meyssac est jumelée
depuis 1995 avec
la commune rurale
allemande
de Bettenhausen,
en Thuringe
(750 habitants).


_____________________________________________________________________________

JPEG - 19.5 ko
"Meyssac" vient sans doute du nom d’un propriétaire terrien gallo-romain : par exemple des mots celte (Mettiacos), puis latin (Mettiacum) qui signifient : "qui appartient àMettius".
PDF - 1.2 Mo
Un petit doc de présentation de Meyssac, ses commerces et associations. A imprimer sur une page A3 recto-verso
PDF - 125.4 ko
Liste des activités àl’année sur les villages du Midi Corrézien :
Contacts - Horaires - Tarifs.
A imprimer (recto-verso,
bien sà»r)
PDF - 575 ko
Les chiffres du recensement de 2009 pour la ville de MEYSSAC
PDF - 652.7 ko
... et pour la communauté de communes des VILLAGES DU MIDI CORREZIEN


_____________________________________________________________________________

Bienvenue àMeyssac !

JPEG - 314.1 ko
La grand rue n’est plus l’artère commerçante qu’elle fut autrefois, mais le bourg compte aujourd’hui plus d’une trentaine de commerces, ouverts toute l’année.

Meyssac compte nombre de commerces et de services, d’artisans, de structures publiques (écoles maternelle et élémentaire, collège, crèche et centre de loisirs, institut médico-éducatif, maison de retraite, soins àla personne, maison du département...) ainsi que quelques entreprises plus importantes (usine de produits de beauté Sothys, par exemple).

La commune propose également un point multimédia gratuit et dispose d’une médiathèque.

A noter : un logement communal en colocation est proposé aux stagiaires pour un loyer modique. Renseignements àla mairie 05 55 25 40 20.


Enfin, la ville de Meyssac est animée par plus d’une trentaine d’associations actives dans tous les domaines.

JPEG - 273.7 ko
L’école maternelle
JPEG - 219.3 ko
Le dojo municipal
JPEG - 233.7 ko
Le multi-accueil intercommunautaire "BéBé aime"

JPEG - 79.1 ko
JPEG - 390.4 ko

Meyssac et Collonges gèrent ensemble un camping*** et une piscine.

Un cœur tout en rond

Jusqu’en 1738, le castrum de Meyssac appartenait àla vicomté de Turenne. Des fortifications ainsi qu’un fossé furent construits afin de protéger les habitants des pillards.

JPEG - 793.8 ko
Autour de la halle, les colombages garantis d’époque ravissent le touriste.
JPEG - 390.7 ko
Base des anciens remparts, vers la porte de la Voussée

Trois portes en permettaient l’accès : àl’est, la porte de Voussée (en direction de Beaulieu) ; au sud, la porte Grande (en direction de Martel) ; et enfin la porte de l’Auvitrie, située au nord (en direction de Tulle).

JPEG - 129.1 ko
Cette carte postale des 70’s montre le tracé des remparts (vue prise depuis l’est)

Au XVIIIe siècle, les ruines de ces murailles, devenues inutiles et gênantes, furent détruites. Comme dans beaucoup de villes françaises, elles furent remplacées par un large boulevard...une sorte de périphérique. Une fois franchie cette frontière entre le centre ancien et les "barris" (faubourgs) plus récents, on découvre de belles maisons entourant une église dont le clocher-porche roman ouvre sur un intérieur gothique.

Des maisons àtourelle

C’est le grès de Meyssac, utilisé àtoutes les époques, qui fait l’unité du bourg. Certaines demeures retiennent particulièrement l’attention, comme la maison Verdès, du XVIe siècle, avec sa tour en façade qui abrite un escalier àvis. Au rez-de-chaussée, la porte est richement décorée d’une moulure torique et d’un arc en accolade. Plusieurs maisons sont ainsi dotées d’une tour permettant l’accès aux étages.

JPEG - 343.9 ko
On ne peut pas rater l’imposante tour Verdès...
JPEG - 404.2 ko
Celle de la maison Faige est un peu plus difficile àtrouver...
JPEG - 1.3 Mo
Quant àcelle-ci, saurez-vous la dénicher ?

Et puis : Laumet, Barot, Cheyssiol, Pierretaillade, le Chauze, Cruges, la Foucherie.. Que serait Meyssac sans ses quartiers et « Â villages  » (ses hameaux) ? Surplombant Meyssac ou plus secrets, bâtis de grès ou de calcaire, ils ont chacun leur caractère propre. Partez àleur découverte !

L’église Saint Vincent & Saint Roch

JPEG - 307.3 ko

Construite sur un plan ànef unique, l’église est placée sous le vocable de Saint Roch et Saint Vincent. Ce dernier, patron des vignerons, est plutôt désÅ“uvré depuis la disparition de la majeure partie du vignoble au siècle dernier.

JPEG - 893.2 ko
JPEG - 1.2 Mo
Le porche roman du XIIe s.

Avec ses voussures légèrement brisées, le portail ouest est un très bon modèle de portail roman limousin. A la fin du moyen-âge, d’importants travaux modifièrent le bâtiment. Les attaques successives de la ville pendant la guerre de Cent Ans incitèrent les habitants àle fortifier en le dotant de hourds de bois àla manière d’un château fort. Les parties hautes furent remplacées par des voà»tes en ogives. Les guerres de religion eurent pour conséquence le renforcement des défenses existantes, comme l’indiquent les meurtrières-canonnières situées àl’ouest ou la bretèche sur le mur sud. A l’intérieur, deux statues - une pietàet une Vierge àl’enfant - rappellent l’importance du culte marial en Corrèze.

La halle aux grains

JPEG - 314.2 ko

Discrètement cachée derrière l’église se trouve la halle aux grains du XVIIIème siècle, témoin de l’activité commerçante de Meyssac. Son imposante toiture d’ardoise coiffe une charpente en châtaignier que supportent des piliers et des colonnes (...de grès rouge, bien entendu !). Aujourd’hui, elle abrite diverses manifestations... et les jeux des enfants du quartier.

Les foires, une tradition millénaire

L’origine de ces foires remonte au moyen-âge. A l’époque, elles constituaient la richesse économique de la ville. On y trouvait vin de pays, chanvre, lin, céréales et huile de noix. Longtemps, les collines environnantes furent couvertes de vignobles. Touchés par le phylloxera entre 1880 et 1883, ils disparurent presque complètement et laissèrent place àdes truffières, très prospères dans les années 20. La manne s’étant peu àpeu tarie, on se tourna vers l’élevage.

De nos jours, les foires de Meyssac sont spécialisées dans la vente de veau élevés sous la mère. L’appellation "veau de Meyssac" leur a été délivrée. Trois foires annuelles primées leur sont consacrées. Les marchés se tiennent chaque mardi et vendredi matin.

JPEG - 324.6 ko
Aujourd’hui, on retrouve rarement les veaux sur la foire...
JPEG - 264.1 ko
JPEG - 342.7 ko
Mais le rayon des spécialités locales reste bien fourni : cabécou, confits, huile de noix...

JPEG - 133.2 ko
JPEG - 131.1 ko

Vous trouvez sur le site www.lacorreze.com et sur le site avcm.free.fr une collection de cartes postales anciennes de Meyssac et de la région.

Canton, "com-com", syndicat, pays...

Ce canton moyen de 4900 habitants est constitué de 14 communes : Branceilles, Chauffour, Lagleygeolle, Ligneyrac, Lostanges, Marcillac la Croze, Meyssac, Noailhac, St Bazile de Meyssac, St Julien Maumont et Saillac, ainsi que trois "Plus Beaux Villages de France" : Collonges la Rouge, Turenne et Curemonte.

JPEG - 13.4 ko

A l’exception de Turenne (tournée vers la Communauté d’Agglomération de Brive), elles se sont regroupées au sein de la communauté de communes des Villages du Midi Corrézien (services d’aide àla personne, assainissement non collectif, tourisme, entretien des cours d’eau, chemins de randonnée, centre communautaire d’Action Sociale, électrification rurale, développement économique, ...) .

Cette "com-com" s’est elle-même associée àses voisines de Beynat et du Sud Corrézien (Beaulieu sur Dordogne) en un Syndicat Intercommunautaire de Développement de Beaulieu Beynat Meyssac , qui gère (entre autres choses) les crèches et centres de loisirs.

Le syndicat BBM porte le pays Vallée de la Dordogne Corrézienne , composé également des cantons d’Argentat, MercÅ“ur et St Privat.

Les Villages du Midi Corrézien et le SID BBM ont tous deux leurs sièges àMeyssac.

JPEG - 155.7 ko
Collonges
JPEG - 64.1 ko
Turenne
JPEG - 600.8 ko
Curemonte

JPEG - 316.4 ko

Le canton conserve sa vocation agricole. La plupart des exploitations sont de taille moyenne (entre 10 et 35 ha). La production principale est la viande bovine limousine, et particulièrement le veau sous la mère - label développé dans tout le bassin de Brive. On produit également sur le territoire le vin "Mille et Une Pierres" de Branceilles, la noix Marbot de Saillac, les foie gras et confits, un peu de châtaignes, du fromage de chèvre etc.


Autre activité économique, les touristes viennent mettre leurs pas dans ceux des pèlerins qui, dès le Xe siècle, se rendaient àSaint Jacques de Compostelle et àRocamadour. La riche et puissante vicomté de Turenne a fait fleurir manoirs, châteaux et autres maisons nobles qui font aujourd’hui le bonheur des visiteurs.



Idéalement situé géographiquement, le canton est tout proche de sites touristiques importants : Sarlat, Les Eyzies de Tayrac, Lascaux, Beaulieu sur Dordogne, St Céré, Rocamadour...

Un panorama de photos des Villages du Midi Corézien vous est offert sur ce site. Consultez également le site de l’office du tourisme qui vous en dira plus sur la région !


1 Message

  • Meyssac, un cÅ“ur de ville en grès rouge

    8 avril 2014 04:56, par J. Monod

    Merci Jérôme pour toutes ces infos agréablement présentées et très utiles, qui donnent un bel aperçu de Meyssac - et m’ont fourni àtemps la date du conseil municipal !



mieux vu avec Firefox